Contrairement à l’image romantique qu’entretiennent beaucoup de ceux qui se prétendent « gaullistes » aujourd’hui (sans que l’on sache toujours le sens que cela recouvre), Charles De Gaulle n’était pas, lorsqu’il a le pris le pouvoir, un ennemi du libéralisme. Au contraire, c’est même une ligne radicale qu’il défend dans son tout premier discours aux Français comme premier Président de la Ve République.

Lire la suite