L’Opinion / Il faut penser l’écologie avec les mots du marché et de la démocratie

Chronique parue dans L’Opinion le 16 août.

Le rôle de la puissance publique se trouve probablement là : décourager les comportements néfastes et encourager une ambition industrielle stimulante

La question environnementale est devenue une préoccupation collective essentielle, dominant le débat public. L’enjeu le justifie certainement. Il n’en reste pas moins que, portée par quelques activistes, elle se mue aussi parfois en un impératif moral incontestable, doublé d’un esprit de rationnement pessimiste. Cette combinaison n’est pas heureuse.

La cause environnementale n’avancera pas si le champ médiatique est laissé aux tenants de l’intolérance. Pour impérative que soit la transition écologique, les moyens pour la réaliser doivent pouvoir être discutés : c’est le propre de la démocratie d’équilibrer, par le débat libre, les préoccupations. L’emploi, la compétitivité, la solidarité, notamment, peuvent prévaloir si les élus, ayant pesé les intérêts et ayant connaissance des coûts (environnemental, économique…) de leurs choix, le décident. Dans une démocratie, il n’est pas question d’une lutte pour le bien ou le mal, mais du renouvellement continu d’un compromis nécessairement imparfait.

Lire la suite sur le site de L’Opinion

Photo by Josh Calabrese on Unsplash

Répondre / Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :