L’Opinion / Du risque de “déparlementarisation” de la démocratie française

Chronique du 13 juin

Tocqueville relevait que la dynamique d’égalité démocratique conduit le citoyen moderne à soutenir que « l’uniformité législative (…) paraît être la condition première d’un bon gouvernement ». Il en nourrissait l’inquiétude d’un risque d’affaiblissement de la liberté, le peuple se soumettant volontairement à un pouvoir tutélaire qui « réduit (…) chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger ». Ce raisonnement l’amenait à la conclusion suivante : « créer une représentation nationale dans un pays très centralisé, c’est donc diminuer le mal que l’extrême centralisation peut produire, mais ce n’est pas le détruire ».

Que dire, alors, d’un pays « très centralisé » où la représentation nationale n’exerce plus pleinement, par affaiblissement et renoncement, sa fonction de contre-pouvoir, au profit d’un exécutif qui, dans la Ve République issue de la réforme constitutionnelle de 1962 (instituant l’élection du Président au suffrage universel direct), concentre à l’inverse une puissance écrasante ?

Lire la suite sur le site de L’Opinion

https://www.lopinion.fr/politique/legislatives-2022-risque-deparlementarisation-democratie-francaise-chronique-erwan-le-noan

Photo by Jean Soumet–Dutertre on Unsplash

Répondre / Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :