L’Opinion / Le succès d’Eric Zemmour tient aux insuffisances de ses concurrents

Ma chronique du 8 novembre 2021

La campagne d’Eric Zemmour est un mystère : comme Donald Trump avant lui, chaque provocation semble lui profiter. Pour l’expliquer, il faut comprendre pourquoi les critiques à son encontre sont inopérantes et ce qui fait son avantage comparatif dans cette campagne.

Pour le contester, ses adversaires emploient schématiquement deux tactiques.

La première est celle de la disqualification morale, qui consiste soit à mépriser grossièrement son électorat, présenté comme un rassemblement de crédules indignes du droit de vote ; soit, de façon plus élaborée, à dépeindre le candidat sous ses pires traits – ceux-là, nombreux, qu’il a transformés en illustrations de sa liberté de ton. Le risque est qu’à trop caricaturer, les opposants ne se parodient eux-mêmes.

La seconde, plus exigeante, est celle de la réplique intellectuelle, qui consiste à déconstruire de façon méthodique les prestidigitations oratoires de l’ancien journaliste. La tâche est aussi indispensable qu’ardue, tant la matière est abondante. En général, elle gagne malheureusement en pédagogie ce qu’elle perd en efficacité.

Si ces efforts semblent vains, c’est que le succès d’Éric Zemmour s’explique d’abord par les insuffisances de ses adversaires.

Lire la suite sur le site de L’Opinion

Répondre / Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :