chronique du 21 mars 2021

Ce 17 mars, la présidente de l’Unef était interrogée à la radio par Sonia Mabrouk qui lui demandait si ce syndicat étudiant, traditionnellement ancré dans le gauchisme militant, avait bien tenu des réunions « non-mixtes », c’est-à-dire auxquelles les « blancs » ne sont pas admis. La jeune femme a confirmé, ne voyant visiblement pas ce qu’il y avait là de problématique et prétendant que le procédé avait pour but de lutter contre les discriminations, dans une logique de réparation d’un dommage dont la nature, l’ampleur et les responsables ne sont d’ailleurs pas bien déterminés.

A l’entendre, la ségrégation serait donc une réponse à la discrimination, l’entre-soi une façon de promouvoir l’altérité, l’exclusion la meilleure garantie d’une société inclusive et le déterminisme une forme de respect de la liberté individuelle. Les propositions résonnent évidemment comme un écho à Orwell et son ministère de la Vérité.

Lire la suite sur le site de L’Opinion