Ma chronique du 4 janvier 2021

Bien qu’artificiel, le passage d’une année à l’autre est l’occasion d’un bilan rétrospectif. A ce titre, la conclusion de 2020 s’impose : l’année a été une débâcle pour l’Etat.

La parole publique, d’abord, a été considérablement affaiblie. De la fable sur les masques à la gestion calamiteuse de la stratégie vaccinale, la crise de la Covid a dangereusement abîmé la crédibilité de l’Etat, continuant de creuser une faille béante de défiance entre les citoyens et leurs gouvernants.

(…)

L’autorité publique, ensuite, est remise en cause, par son impuissance et ses excès.

(…)

S’il perd son crédit en matière d’action et fragilise son aura symbolique, l’Etat risque de se trouver en péril. Dans un pays comme le nôtre, où il est le socle de l’unité nationale et de la démocratie, ce constat devrait être source des plus vives inquiétudes car il semble illusoire de considérer que cela ne se reflétera pas dans les prochaines échéances électorales.

Lire le texte intégral sur le site de L’Opinion

Photo by Sara Duarte on Unsplash