Voici le texte de ma chronique du 12 octobre 2020 !


La haute fonction publique, a indiqué Amélie de Montchalin, « a perdu en diversité sociale ». Doux euphémisme : elle est endogame et fermée.

Le constat fait par la ministre est juste et il faut s’en préoccuper car il désigne une situation qui n’est pas saine d’un point de vue démocratique. Dans un régime fondé sur l’égalité des citoyens, chacun doit pouvoir accéder aux fonctions les plus hautes de la société en considération de son mérite. Or, ce n’est clairement pas le cas en France : alors que les classes moyennes orientent leurs enfants vers des universités en difficulté, les plus favorisées envoient les leurs dans les grandes écoles ou à l’étranger. C’est inquiétant : que se passera-t-il quand les premières réaliseront que les élites se désintéressent de l’avenir de leur progéniture mais sauvent leurs héritiers ? Il est extraordinairement périlleux de laisser se développer deux parcours de réussites parallèles et étanches, scindant progressivement la société.

Lire la suite sur le site de L’Opinion