J’ai eu la joie de signer cette tribune collective, à l’initiative de Cécile Philippe et Nicolas Marques (Institut Molinari).

En France en 2018, les impôts de production représentaient 109 milliards d’euros. C’est autant que le total cumulé de 23 pays de l’Union européenne, dont l’Allemagne. Il faut diriger les moyens du futur plan de relance vers leur abaissement, écrit un collectif d’économistes et d’essayistes. Il en va du rebond de l’économie française.

Dans le contexte redoutable généré par le Covid-19, il est légitime de s’interroger sur les leviers permettant de surmonter la crise économique historique à laquelle notre pays est confronté. Nous devons retrouver au plus vite un niveau de développement économique permettant de stopper puis de compenser la destruction de richesses et d’emplois hélas enregistrée.

Alors que la France va bénéficier d’un plan de relance important, il est indispensable de l’utiliser de la façon la plus productive possible, c’est-à-dire en créant les conditions du rebond. On a pu voir au cours des derniers mois que pour être dynamique et volontaire, notre tissu économique n’en était pas moins fragile. Pour lui permettre non seulement de surmonter la crise mais aussi de rebondir, il nous paraît fondamental de diriger les moyens financiers mobilisés vers une baisse sensible et pérenne des impôts de production.