Voici ma chronique du 13 juillet dernier

Le remaniement n’est, a priori, pas une bonne nouvelle pour la droite parlementaire. Jean Castex est pompidolien : son discours est pragmatique, frappé au coin du « bon sens » (voir les contributions de Christophe de Voogd, Fondapol). A côté d’un Président à qui l’on a reproché – notamment pendant la crise de la Covid – une expression complexe et désincarnée, le Premier ministre parle clairement, en « bon père de famille », comme disaient les juristes. Il contraste aussi face aux militants qui cherchent à transformer la réalité par un discours constructiviste.

Voilà qui pourrait marquer les mois à venir, à la manière de La Fontaine qui rappelle les évidences communément partagées, bien que souvent tues : le laboureur souligne que « le travail est un trésor », la fourmi pointe l’impératif de production, le souriceau se garde « de juger les gens sur la mine », les rats ironisent sur la profusion des commentateurs et la rareté des exécutants.

(Lire la suite sur le site de L’Opinion)