Voici ma chronique du 8 juin 2020.

Le 2 juin, la Commission européenne a ouvert une consultation sur un « nouvel instrument de concurrence ​», qui mérite de retenir l’attention car si la proposition est d’apparence technique, les enjeux qu’elle emporte ne le sont pas.

Dans le texte qu’elle soumet aux citoyens, la Commission présente plusieurs variantes de son projet, qui pourraient se résumer ainsi ​: l’administration européenne entend se doter d’un pouvoir de régulation qui lui permettrait d’enjoindre aux entreprises soit de respecter des normes de comportement sur les marchés soit même de céder des actifs, dès lors qu’elle considérerait que leurs pratiques pourraient emporter des risques concurrentiels, sans qu’elles n’aient commis la moindre infraction, ni qu’elles ne soient nécessairement des acteurs dominants de leur secteur.

Ce projet soulève de nombreuses questions et appelle, à ce stade, trois remarques.

Lire la suite sur le site de L’Opinion

 

Photo by Sara Kurfeß on Unsplash