Voici ma chronique du 11 mai  2020 !

« Le choc social va nourrir une colère forte, dans un pays déjà extraordinairement à vif et où l’attachement démocratique ne cesse de s’affaiblir ​»

En ce 11 mai, « le temps est venu » (pour reprendre les mots d’un penseur contemporain) du déconfinement : les Français vont pouvoir s’engager dans la voie très progressive d’une vie « normale ». De nombreux directeurs de conscience se dressent cependant sur leurs chemins paisibles afin que, livrés à leur seule intelligence, ils ne s’égarent pas dans des pratiques aussi vulgaires que la consommation de produits qui optimisent leurs dépenses ou leur font trop simplement plaisir. Depuis leurs confortables demeures et assis sur leurs coquettes fortunes, les nouveaux guides moraux de l’époque exigent que les citoyens se tournent vers de nobles nourritures célestes, alors qu’ils ont souvent du mal à se procurer celles qui assureraient leur vie terrestre.

Mais alors qu’on nous promet des lendemains qui chantent, ce parcours vers « l’après » sera en réalité difficile. Nos économies et sociétés traversent un choc dont les conséquences ont à peine commencé à se déployer. Cela devrait être au cœur de nos préoccupations.

Lire la suite sur le site de L’Opinion

Photo by Jeremy Bishop on Unsplash