La Tribune a eu la gentillesse, dont je suis très honoré, de me solliciter pour un entretien sur ma très modeste analyse de la crise. Le voici :