Voici une recension publiée par Phébé, le magazine du Point

Une étude montre qu’une trop forte taxation des hauts revenus aurait un impact négatif sur l’innovation, ce qui serait mauvais pour la croissance.

Par Erwan Le Noan*

Depuis la crise de 2008, la question de la fiscalité est revenue en force dans le débat public, avec la fameuse « taxe à 75 % » du candidat Hollande, les Occupy Wall Street et autres Podemos. Elle est également revenue dans le débat académique – popularisée au sein du grand public par la publication des ouvrages de Thomas Piketty, entre autres. L’argument d’une hausse de la fiscalité, plutôt sur les plus « riches », a été généralement soutenu par des considérations d’ordre politique. Il s’agirait de favoriser la redistribution par l’appareil administratif, plutôt que par le marché, pour lutter contre les inégalités. Sans, d’ailleurs, que soit souvent interrogé cet objectif, alors qu’un combat contre les injustices et pour la mobilité sociale s’inscrirait peut-être mieux dans l’idéal des sociétés libérales.

Lire la suite sur le site du Point

 

Photo by StellrWeb on Unsplash