Ma chronique de cette semaine dans L’Opinion, sur le spectacle navrant de la vie parlementaire cette semaine.

Si les électeurs français ne votent pas en masse pour les populistes aux prochaines élections nationales, il faudra les féliciter pour leur digne abnégation. Car suivre la vie parlementaire depuis le début de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée suscite assez spontanément des sursauts de colère, des bouillonnements d’exaspération et des bouffées d’accablement.

Prendre quelques instants de recul pour la résumer amène inévitablement à se demander si le film qui se déroule sous nos yeux médusés est plus proche d’un médiocre programme de téléréalité où la vulgarité le disputerait au grotesque, ou d’une simulation pathétique de sport de combat entrecoupée d’un entracte de saynètes dignes de la cour de récréation dans ses plus mauvais jours de mesquinerie.

Lire la suite sur le site de L’Opinion