Ci-dessous les réponses que j’ai adressées à quelques questions d’Atlantico.

Atlantico : Dans quelle mesure ce PLF 2019 pourrait représenter une épreuve de vérité politique pour Emmanuel Macron ?

Erwan Le Noan : Les budgets sont toujours des épreuves de vérité, à double titre : d’abord, parce qu’ils révèlent quelles sont les préférences arbitrées par le Gouvernement (s’il préfère dépenser pour telle ou telle politique) ; ensuite, parce qu’il permet de cristalliser l’équilibre politique du parlement.

Le projet de budget du gouvernement pour 2019 devra d’abord être jugé sur son contenu. Il joue une partition délicate. D’abord, parce qu’il est attendu sur les questions sociales : une partie de l’opinion souhaite qu’il donne des preuves de son attachement aux personnes les plus fragiles. Ensuite, parce qu’il est également attendu sur une la maitrise des dépenses publiques et la réforme de l’Etat, qui sont des enjeux économiques et sociaux majeurs. Enfin, les réformes économiques qui ne seront pas lancées maintenant ne produiront probablement pas leurs effets avant la fin du mandat.

Le budget est également – et il ne faut pas l’oublier, un moment politique très important. Il sera intéressant de voir comment la majorité agit pendant les débats, au sein du groupe LaRem mais également dans ses relations avec ses alliés comme le Modem. Il sera également intéressant de surveiller le vote, en décembre. On considère généralement que c’est ce qui détermine l’appartenance à la majorité ou à l’opposition. Comment se comporteront les groupes ? Comment votera le groupe Agir-UDI ?

En quoi ce contexte de ralentissement de la croissance devrait contraindre le gouvernement sur l’orientation à prendre ? Emmanuel Macron a-t-il d’autres choix que d’assumer une ligne politique qu’il a voulu incarner, du premier de cordée à la théorie du ruissellement ?

Erwan Le Noan : Les gouvernements ne sont pas contraints : ils sont libres de faire la politique économique qu’ils souhaitent et d’en assumer les conséquences économiques et politiques. Les partis extrémistes prétendent l’inverse et ils ont tort. La réalité rattrape toujours ceux qui veulent l’ignorer : il suffit de voir, dans des styles très différents, le Venezuela, l’Italie, etc.

Cela étant, le gouvernement d’Edouard Philippe s’inscrivant dans une ligne modérée, il doit maintenant trouver le bon discours pour accélérer les réformes, afin de pallier le ralentissement de la croissance. Les solutions sont connues : elles passent par un renforcement dynamique du tissu productif français, ce qui implique, comme dans maints domaines, une profonde réforme de l’action publique.

Le Président peut donc poursuivre avec cohérence le discours de libération de l’économie française, accompagné d’images offensives comme les premiers de cordée. Mais cela n’est pas du tout incompatible avec un discours qui introduirait une préoccupation plus sociale, à condition que celle-ci exprime également des solutions tournées vers le dynamisme et le marché. Les deux discours, libération économique et soutien aux plus fragiles, ne sont pas du tout incompatibles. Il reste au gouvernement à les incarner et à les traduire en des actes ambitieux.

Quels seraient les risques engendrés par un arbitrage qui s’éloignerait de cette approche incarnée par Emmanuel Macron ?

Erwan Le Noan : Une politique en rupture avec une volonté réformiste consisterait à revenir aux solutions ‘traditionnelles’ françaises : de la fiscalité, du contrôle réglementaire et de la dépense publique pour consoler au lieu de libérer et de dynamiser. Cette voie conduirait à banaliser l’action du gouvernement, rejoignant ses prédécesseurs. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, elle se traduirait au mieux par une stagnation économique, au pire par une régression.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/projet-loi-finances-2019-double-epreuve-verite-plf-arbitrages-budget-economies-philippe-crevel-erwan-lenoan-3513212.html#twWxu8IBhbF3L07Q.99

 

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/projet-loi-finances-2019-double-epreuve-verite-plf-arbitrages-budget-economies-philippe-crevel-erwan-lenoan-3513212.html

Photo by Michael Longmire on Unsplash

Publicités