J’ai répondu aux questions d’Atlantico sur la stratégie de LR et de Laurent Wauquiez.

Selon RTL, un député « En Marche » aurait déclaré « Laurent Wauquiez va devenir redoutable », prévoyant ainsi une éclipse du premier opposant actuel à Emmanuel Macron, Jean Luc Mélenchon, au profit du probable prochain président des LR. Alors qu’Alain Juppé et les constructifs marquent de plus en plus leurs distances, dans quelle mesure et à quelles conditions Laurent Wauquiez peut-il devenir une force prête à bénéficier de l’alternance pour les élections intermédiaires, comme pour la prochaine présidentielle ? 

Laurent Wauquiez a probablement remarqué que, dans un très grand nombre de démocraties occidentales, les gouvernements qui mènent (et les partis qui proposent) des politiques réformistes centrées uniquement sur un discours économiques sont balayés (ou déstabilisés) aux élections par des mouvements populistes. C’est arrivé aux Etats-Unis, en Autriche, en Allemagne, en Tchécoslovaquie, en Grande-Bretagne, etc. Bref, les sujets politiques qui font les élections sont aujourd’hui d’ordre « identitaire » : ils interrogent la volonté de « vivre ensemble », la façon de guider le « collectif », qu’il s’agisse du sujet « islam » ou de celui des inégalités.

Si LR ne parvient pas à investir ces sujets, c’est le Front National qui les récupèrera probablement (car Emmanuel Macron n’en parle pas du tout). Le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon est, on le voit bien aujourd’hui, très mal à l’aise sur ces sujets (voir la députée Obono).

Laurent Wauquiez a donc probablement identifié le thème politique à traiter. La difficulté qu’il a pour réussir, c’est qu’il doit bâtir une majorité sur ces sujets. Or, on voit bien que les LR sont divisés (sur l’expression de leurs positions, plutôt que sur le fond de leurs positions d’ailleurs à maints égards).

En outre, Laurent Wauquiez en reste aujourd’hui à l’identification (parfois polémique) du sujet, mais on ne voit pas bien à ce stade quelles solutions il propose pour l’avenir, pour construire une société apaisée sur les sujets identitaires …

Patrick Buisson affirme dans un entretien dimanche donné à Valeurs Actuelles que le danger qui menace la droite n’est pas sa droitisation mais sa « centrisation ». Une victoire de Wauquiez n’aurait-elle pas le mérite pour LR de mettre définitivement fin à cette tentation centriste? Une fois les centristes partis, Wauquiez ne donnera-t-il pas enfin à la droite une ligne capable de vraiment s’opposer à Emmanuel Macron ?

D’un point de vue tactique, le risque de la droite est celui de la réduction continue de sa base électorale : soit parce qu’elle sera happée par le mouvement du président Macron, soit parce qu’elle sera concurrencée par le Front national qui s’adresse plus facilement aujourd’hui aux milieux populaires par exemple.

Le but d’un parti n’est pas vraiment de « s’opposer », mais de remporter les élections. Pour cela la droite a besoin d’aller bien au-delà de la base d’un Laurent Wauquiez au sein des LR : si les « centristes » sortent du parti, il faudra quand même construire une coalition avec eux pour les prochaines échéances électorales.

Au demeurant, la question n’est celle de la centrisation ni de la droitisation, c’est celui de la doctrine politique de la droite : est-elle libérale-conservatrice ? étatiste-souverainiste ? Qui est capable de dire où se situe la droite idéologiquement aujourd’hui ?

Enfin, derrière ces débats tacticiens, il y a un enjeu démocratique dont on ne semble pas prendre toute la mesure : si les classes moyennes et les milieux populaires quittent les partis de gouvernement pour les partis populistes et extrémistes, la préservation d’une société démocratique apaisée sera sérieusement écornée.

Marine Le Pen a proposé une alliance à Laurent Wauquiez lors d’un entretien donné à RTL-Le Figaro-LCI. Ne s’agit-il pas d’un signe de méfiance de la part de la dirigeante du Front National, qui attends son refus pour rassurer ses électeurs certainement tentés par la ligne du potentiel prochain président de LR ?

Marine Le Pen n’a aucun intérêt à avoir, aux marges d’un FN bien fragilisé, un parti LR fort qui soit capable de parler aux catégories populaires. Elle cherche à préserver sa base électorale et à affaiblir le parti de droite. En faisant cette déclaration, elle parvient à un double objectif : ramener dans le débat l’idée (repoussoir pour les centristes) que le FN et LR version Wauquiez puissent avoir des points de convergence (fut-ce de s’adresser à un électoral identique) ; montrer à ses sympathisants qu’en réalité Laurent Wauquiez n’a rien en commun avec eux et qu’il est bien l’héritier des partis de droite qu’ils abhorrent et qui ont toujours combattu le FN.

 

 

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-republicains-pourraient-vite-redevenir-menace-pour-emmanuel-macron-maxime-tandonnet-erwan-noan-3230996.html

Publicités