Depuis quelques années, les gouvernements successifs ont entrepris de fiscaliser les services à la personne, un peu pour trouver de l’argent (l’Etat est ruiné), beaucoup par idéologie (pour une grande partie de la gauche, les services à la personne doivent relever d’une activité associative mais pas économique). Le résultat est un déclin marqué du secteur.

Comme le montrent les graphiques ci-dessous, tirés d’une note publiée par la DARES, le nombre de particuliers employeurs décline, tout comme le nombre d’heures rémunérées

En 2013, ce blog avait déjà relevé les effets désastreux de cette fiscalité.

Publicités