Il y a des sujets qu’on mésestime trop. Notamment le barbecue. Il a une histoire intéressante et un avenir à ouvrir. Plusieurs articles viennent de paraitre sur le sujet aux Etats-Unis.

16-ForTheLoveOfBarbecue

L’histoire du barbecue nait avec Christophe Colomb (oui oui), rapporte un article du Smithonian  (The Evolution of American Barbecue) : sur Hispaniola, les indigènes faisaient griller leur viande. Les Espagnols parlèrent de barbacoa et c’est en 1540 qu’ils l’utilisèrent pour la première fois (pour griller un cochon).

L’histoire faisant son travail, le barbecue est devenue une institution américaine. Mais d’abord, une institution du Sud, de la « barbecue belt« , qui comporte des traditions culinaires différentes (4, selon l’article : Caroline, Texas, Memphis et Kansas City)… et des débats nombreux. Dans la tradition de Caroline, le barbecue ne peut se faire qu’avec du porc, qui était à l’origine une viande peu coûteuse, et dont l’élevage était une fierté du Sud.

Les recettes traditionnelles ont été modifiées par les immigrants. Les britanniques ont eu l’idée d’y ajouter de la sauce, en s’inspirant de pratiques venues des Caraïbes. L’idée de la sauce au vinaigre en Caroline du Nord vient aussi des Anglais.  Quant à la sauce à la moutarde, en Caroline du Sud, elle vient des  immigrés Français et des Allemands. Ces derniers ont d’ailleurs introduit le barbecue au Texas…

Les évolutions ne se sont pas arrêtées là comme le relève Lolis Eric Elie sur Bloomberg. D’abord, la sauce barbecue s’est standardisée et chacun peu l’acheter en supermarché. Puis, pour répondre à la demande, il y a même des barbecues … végétariens (sacrilège!).

En somme, le barbecue ne cesse de se renouveler. Un article de Parade constatait d’ailleurs que nous vivons un nouvel âge d’or du barbecue.

Publicités