La disparition du service militaire (où les jeunes allemands passaient leur permis) et le départ à la retraite de 40% des chauffeurs routiers en exercice d’ici 10 ans inquiètent grandement le transport en Allemagne.

econ_germany36__01__630x420

La profession est en outre soumise à de fortes pressions concurrentielles de chauffeurs venus d’Europe de l’Est qui, selon les professionnels, seraient déloyales. En Allemagne, pour être chauffeur routier, il faut obtenir un permis (dont le coût de formation avoisine les 8000 euros).

Bloomberg rapporte que les Allemands se tournent vers l’Europe du Sud pour trouver des recrues.

Publicités