Trois économistes publient un article très intéressant sur VoxEu qui récapitule un certain nombre d’effets positifs de l’immigration sur l’économie.

UK Border Agency raid

D’un point de vue économique, ce n’est pas une nouveauté dans le principe (on l’a déjà relevé plusieurs fois sur ce blog). L‘OCDE a montré récemment que l’immigration était bénéfique dans les pays de l’Union européenne … mais que la France était l’un des rares pays où le coût des immigrés pour l’Etat Providence excédait le bénéfice qu’ils apportent (remarque qui devrait amener à remettre en cause un Etat providence dépassé et inefficace et non l’immigration, d’un point de vue économique) :

Pour Jean-Christophe Dumont, chef de la division migrations à l’OCDE, « les immigrés, en général, contribuent plus en impôts et en cotisations sociales qu’ils ne reçoivent de prestations individuelles ». La France serait, avec l’Allemagne et laPologne notamment, le contre-exemple de cette affirmation avec une contribution négative des immigrés de quelque 1 450 euros par an en moyenne entre 2007 et 2009. Pour l’ensemble de l’OCDE, cette contribution est positive et s’établit à 3 280 euros.

Il reste cependant que, dans le débat public, l‘essentiel du débat sur l’immigration n’est pas vraiment de nature économique

Résumé de l’étude

The main conclusion of our analysis is that migration appears to benefit practically all origin and destination countries. OECD countries benefit because of greater domestic product variety. In turn, most migration source countries also benefit because the remittances sent by migrants more than offset the costs associated with smaller market size. Essentially, this is because the typical migrant moves from a low to a high labour productivity country, increasing the worldwide effective units of labour. Remittances are the vehicle that allows for those gains to be partly transferred back to the origin countries.

Ajout : Sur Education Next, la revue d’un ouvrage qui présente les intérêts culturels de l’immigration.

Publicités