Le Financial Times a consacré récemment un dossier à la générosité privée qui comportait un intéressant article sur le financement des universités britanniques : elles font énormément plus appel à l’argent privé.

oxford

L’article donne deux statistiques intéressantes et étonnantes. En 2000, 68% des financements des universités britanniques étaient publics. En 2009, ce n’était plus le cas que de 30% de leurs revenus. Avec la crise, le mouvement devrait s’être accru et accéléré.

En conséquence, les universités britanniques se tournent toujours plus vers le privé pour récolter des fonds. Comme le relève l’article, cela n’a rien d’étonnant ni rien de très neuf. Ce que les universités françaises ignorent certainement …(cf. ce papier sur Vincent Berger).

Publicités