La ministre de la culture a récemment annoncé qu’elle allait défendre les libraires face au « monstre » Amazon, qui a le tort de délivrer les livres directement chez le consommateur sans leur faire payer les frais de port… Comme l’explique Bloomberg, cette lutte contre les prix les moins chers est « un-American » …

amazon-com-logo

Le site d’information économique s’étonne ainsi des propos de la ministre : « But the idea that something would stand in the way of lower prices just seems un-American« . Il rappelle aussi que les Français lisent encore très peu de livres numériques (1,8% du marché total) ; certainement moins que les Américains (plus de 6% du marché des livres). Au demeurant, près d’un Français sur deux refuse de lire ces livres numériques.

Business Insider rappelle, par ailleurs, que Madame Filippetti vend ses propres livres sur Amazon.