L’INSEE a publié en début de semaine deux éléments intéressants sur les salaires. Le premier montre que ceux dont les salaires progressent le plus ne sont pas ceux que l’on croit.

Capture d’écran 2013-06-19 à 14.20.57

Cette première étude porte sur l’évolution des salaires entre 1950 et 2010.

1er enseignement : ce sont les salaires des ouvriers qui ont le plus augmenté. Ceux des cadres sont restés flat. Elle montre que « les salaires nets moyens des employés progressent faiblement, ceux des ouvriers plus nettement, soutenus par l’évolution dynamique du Smic sur cette période. Les salaires nets moyens des cadres et des professions intermédiaires restent stables« .

2ème enseignement, en conséquence : les inégalités n’explosent pas ; elles réduisent même. « l’écart relatif entre le premier et le neuvième décile seréduit très légèrement entre 1995 et 2010 »

3ème enseignement : pendant la crise ce sont les salaires des cadres qui ont baissé, ceux des ouvriers ont augmenté (cf. le graphique ci dessus)

4ème enseignement : le smic a un fort effet sur la hausse des salaires, comme on le voit sur la période 1995 – 2010 où il progresse plus vite que les salaires moyens… d’où l’effet inflationnistenégatif pour l’emploi (cf les graphiques ci dessous)

Capture d’écran 2013-06-19 à 14.20.14

La seconde étude montre que les salaires allemands progressent plus vite en 2012 que les salaires français. Pourquoi ? grâce à un contexte de négociations décentralisées et évidemment, surtout, grâce à un contexte économique favorable.

 

Publicités