Depuis quelques jours, l’administration fiscale est au coeur d’un scandale inquiétant aux Etats-Unis : le fisc américain a en effet choisi de cibler des groupes républicains ces dernières années, dans l’intention plus ou moins claire de les menacer et les empêcher de se livrer à leurs campagnes contre le Président Obama.

IRS

Les faits, désormais avérés par un rapport de l’administration (disponible sur Politico), montre que les agents de l’administration fiscale ont mené une stratégie de harcèlement des groupes d’opposition, avec une visée politique claire. Comme le relève le Wall Street Journal, ils ne se sont pas contentés de demander quelques éléments relatifs aux contrôles fiscaux, ils ont aussi posé des questions très larges (fréquentez vous Monsieur X, quelles sont vos relations avec Madame Y…).

Visiblement, l’administration au pouvoir n’était pas au courant. Cependant, les soupçons sont forts sur le fait que la hiérarchie de l’IRS (le fisc américain) avait connaissance de ces pratiques depuis longtemps… Le FBI a lancé une enquête.

Au total, les groupes républicains ont passé des centaines d’heures occupés à remplir ces formulaires coûteux … plutôt qu’à se livrer à leurs activités politiques d’opposition au Président Obama. Les Républicains crient évidemment au scandale – et on les comprend. La Maison Blanche condamne. Mais certains Démocrates, comme David Plouffe, estiment que ce n’est pas si grave …

Selon le Wall Street Journal, d’autres groupes auraient été visés, eux aussi pour des raisons politiques.

Cette affaire révèle à quel point le pouvoir de l’Etat, particulièrement celui de l’administration fiscale, reste au final tout à fait discrétionnaire et menaçant pour  les libertés individuelles. L’Etat c’est le contrôle. Moins d’Etat, c’est plus de liberté.

 

Publicités