En ce moment se tient le forum de l’International Telecommunication Union, une agence de l’ONU, qui rassemble des Etats qui réfléchissent aux « politiques publiques relatives à Internet« : en clair, comment renforcer le pouvoir des Etats sur internet.

internet-marketing-strategy-traffic1

Un papier du Mercatus Center rappelle les bonnes raisons de ne surtout pas laisser réaliser cette ambition de contrôle étatique :

1) la censure. Une bonne partie des Etats qui réclament le droit de réguler internet le font avec la ferme intention d’en contrôler le contenu. Même les Etats les plus démocratiques aiment bien contrôler ce qui se passe sur Google par exemple.

2) Internet fonctionne grace à l’apport technique de millions de personnes. Confier les décisions techniques à des technocrates prenant des décisions de manière centralisée n’est pas optimal.

3) Internet innove grâce à l’émulation permanente, qu’une régulation publique viendrait nécessairement contraindre

4) Le but d’une bonne partie des Etats est que la régulation se transforme en taxation, augmentant de fait les coûts d’usage pour internet, ce qui serait déplorable.

5) Internet est la preuve qu’un système mondial sans régulation centralisée (mais au contraire décentralisée, spontanée, collaborative) peut fonctionner !

Publicités