La question peut paraître incongrue en pleine « affaire Cahuzac », mais elle est posée par Foreign Affairs, qui au fond se moque des polémiques françaises. Le modèle politique suisse serait la clé du succès.

swiss-flag

Pour les auteurs de l’article, les pays occidentaux regardent trop peu l’exemple suisse qui bénéficie des avantages de l’Union européenne (marché unique, Schengen…) sans en faire partie. Entre 2007 et 2012, l’économie suisse a crû de 2 à 3% en moyenne, en contraste total avec la morosité déprimante de ses voisins, à commencer par l’Italie ou la France.

Selon eux, la force de la Suisse est d’avoir un système politique qui lui a évité de traverser une crise de légitimité démocratique comme en connaissent beaucoup d’Etat européens: « la délibération politique continue a créé un équilibre rare entre l’Etat et les citoyens« . Cet équilibre repose sur des consultations régulières et directes, un partage des pouvoirs, etc.

Au final, 4 leçons seraient à retenir :

1) small is beautiful

2) les appels réguliers et directs au public doivent être privilégiés car ils rendent la politique concrète

3) ces appels rendent les citoyens plus impliqués et plus responsables

4) le succès économique repose sur un savant dosage entre autonomie et intégration.

L’article ne dit pas grand chose du système économique suisse et ne mentionne pas non plus les tensions suisses sur les questions migratoires.

Publicités