Dans une tribune publiée par Bloomberg, Cass Sunstein propose de réduire les réglementations afin de favoriser la croissance mondiale.

red-tape

La paperasse (red tape) est très coûteuse pour le commerce mondial explique Sunstein. Tout comme il serait absurde de devoir remplir des formulaires pour exporter de l’Auvergne vers l’Alsace (Sunstein utilise évidemment des Etats américains et non ces deux régions), il est absurde de devoir s’encombrer de tant de procédures pour commercer entre l’Europe et les Etats-Unis. C’est d’ailleurs pour cela que les entreprises américaines militent pour une coopération réglementaire internationale (international regulatory cooperation).

Sunstein relève cependant quelques bonnes nouvelles. D’abord, l’administration américaine (et précisément la Occupational Safety and Health Administration) a harmonisé ses recommandations relatives aux conditions de travail (workplace safety exactement) avec celles des autres pays du monde. Le gain économique serait de 475 millions de dollars par an. De la même manière, l’Union européenne et les Etats-Unis seraient sur la voie d’un accord visant à ce que les produits reconnus bio d’un côté de l’Atlantique le soient aussi de l’autre. Mais ce n’est pas tout ! Le Canada et les Etats-Unis renforcent aussi leur coopération réglementaire.

Au final, libérer le commerce mondial de toutes ces lourdeurs favoriserait la croissance, encouragerait les créations d’emplois et profiterait aux portefeuilles des consommateurs. Pour Sunstein, cela montre que l’harmonisation réglementaire devrait être l’enjeu majeur du commerce mondial.

 

 

Publicités