Selon Charles Kenny ce week end dans Businessweek, qui s’appuie sur une étude publiée par des économistes de la Fed de Saint Louis, le droit des brevets américain devrait être revu en profondeur rapidement, sous peine de tuer la croissance.

Capture d’écran 2013-02-25 à 09.38.06

Selon l’article de Michele Boldrin et David Levine (The case against patent), publié par la prestigieuse American Economic Association, il n’existe aucun élément permettant de prouver que le droit des brevets aux Etats-Unis a accru la productivité du pays. En fait, selon Businessweek, ce serait même l’inverse : our current system of patent protections is a considerable drag on gross domestic product.

En 2010 plus de 244 000 brevets ont été déposés, contre 60 000 en 1983. Cette augmentation n’a pas conduit à une hausse de la productivité.Le problème principal est que les élément requis pour déposer un brevet ont été allégés dans le temps. En réalité, c’est que selon Kenny, un peu tout et n’importe quoi peut faire l’objet de brevets : ainsi, la possibilité de changer occasionnellement votre commande régulière … est brevetée par Amazon. Les exemples sont nombreux. Ils ont pour effet d’engendrer des coûts juridiques importants.

L’auteur s’inquiète de ce que les Etats-Unis vont … dans le mauvais sens : les lobbies industriels militent pour étendre les brevets à l’international …

Publicités