Les Etats-Unis connaissent actuellement un débat intense sur la proposition du Président Obama d’augmenter le salaire minimum, afin qu’il passe de 7,25$ de l’heure à 9$ et soit indexé sur l’inflation.

Capture d’écran 2013-02-21 à 16.10.11

Aux Etats-Unis, comme le montre cette carte du Wall Street Journal, il n’y a pas de salaire minimum dans tous les Etats et, quand il existe, il varie d’un Etat à l’autre.

Comme le rappellent le juge Posner et le prix Nobel d’économie Gary Becker sur leur blog commun, les arguments contre le salaire minimum sont de trois ordres :

1) les économistes sont globalement d’accord sur le fait que le salaire minimum nuit à l’emploi, très précisément à celui des jeunes et des non qualifiés.

Posner rappelle que si certaines études peuvent modérer cette conclusion, la forte augmentation proposée par Obama pourrait vérifier le phénomène …

En France, des études ont montré qu’une hausse du SMIC de 1% détruit de 15 à 25 000 emplois.

2) le salaire minimum ne permet pas de lutter contre la pauvreté. En effet, la plupart des pauvres … n’ont pas de travail. Ils ne sont donc pas concernés par cette mesure.

3) le Earned Income Tax Credit (cf. wiki), qui est un crédit d’impôt, est plus efficace pour lutter contre la pauvreté.

Cependant, Josh Barro relevait qu’augmenter le EITC est coûteux pour les finances publiques … ce qui n’est pas le cas évidemment du salaire minimum.

Un argument, plus étonnant, en faveur du salaire minimum est qu’il réduirait l’immigration illégale … C’est en tout cas ce qu’avançait Dukakis en 2006 ; ce à quoi le professeur d’économie Bryan Caplan répond qu’en réalité les clandestins passeront « d’employés illégalement à chômeurs légalement » …

Il reste que le mécanisme proposé par Obama pourrait avoir des effets inflationnistes inquiétants. En France, l’INSEE a montré récemment que le calcul du SMIC avait un tel effet.

Pourquoi 9$ s’interroge  d’ailleurs ironiquement Greg Mankiw ?

 

Publicités