Les dernières négociations sur le budget européen ont montré que la France était plutôt seule face à Berlin et Londres. Une tribune de Michel Sapin et Najat Vallaud-Belkacem dans Les Echos la semaine dernière montre que ce « gap » va encore se renforcer …

Capture d’écran 2013-02-13 à 08.35.56

Dans leur tribune, les deux ministres expliquent que l’Europe « menacée par la pensée libérale » … Ils oublient probablement que c’est la crise de l’Etat Providence et ses dettes accumulées qui ont conduit les pays d’Europe du Sud où ils en sont (parce qu’ils oublient aussi que les pays d’Europe du Nord, plus rigoureux dans leur gestion des finances publiques, plus convaincus des bienfaits de la concurrence, eux, n’ont pas les mêmes problèmes …).

Heureusement, les deux ministres ont des solutions, qui sont (sans rire) :

– la généralisation du SMIC. On peut imaginer que dans leur esprit, il s’agit de s’aligner sur le « modèle Français » (sinon, il faudra baisser le SMIC en France). Or, on sait déjà que le SMIC est coûteux pour les salariés et détruit des emplois ;

– la généralisation des « emplois d’avenir » … alors même qu’on sait que ces dispositifs ne marchent pas. La Cour des comptes l’a rappelé il n’y a pas longtemps.

Et c’est tout. Il n’y a rien d’autre, si l’on passe sur la proposition hyper importante de créer un eurogroupe des ministres des affaires sociales et sur les critiques contre les égoïsmes nationaux …

Comment expliquer cette absence de vue ? Peut être par le fait que nos deux ministres pensent que l’Etat Providence de grand papa est la « marque de fabrique » de l’Europe…

« Ce qui fait l’Europe, c’est sa volonté d’assurer une protection sociale à tous les citoyens (…) ainsi que de garantir un droit du travail protecteur pour les salariés. C’est là sa marque de fabrique« .

Pas « une marque parmi d’autre » ; non, « LA » marque. Pas l’innovation, pas la culture, pas la croissance, pas l’ambition. Non, l’aide sociale….

Publicités