Ce blog l’a souligné plusieurs fois (ici notamment, mais ici aussi) : les fils de profs réussissent mieux que les autres. Une récente thèse vient encore de le démontrer.

prof-fache

La thèse s’intitule La singulière réussite des enfants d’enseignants : des pratiques éducatives parentales spécifiques?Elle est dirigée par Marie Duru-Bellat à qui on ne pourra vraiment pas reprocher d’avoir la moindre sympathie pour les idées libérales ni de renier les dogmes égalitaristes franchouillards.

Voici le résumé de la thèse (fourni par l’auteur):

« Du primaire au secondaire, les enfants d’enseignant(s) obtiennent les meilleurs résultats scolaires. Pour autant, rares sont les recherches qui interrogent les  processus familiaux par lesquels cette singulière réussite se construit. Fondée sur la démonstration du lien entre « réaliser les meilleures performances  scolaires » et « être enfant de parents dont l’un au moins est enseignant », cette étude vise à établir les facteurs familiaux et notamment les pratiques éducatives  parentales que recouvre ce significatif « effet enseignant ».

De l’analyse économétrique de l’enquête du Panel 95, ressort,

d’une part, que les enfants d’enseignant(s) sont les plus nombreux à bénéficier des pratiques de socialisation et d’accompagnement de la scolarité les plus profitables au succès scolaire et,

d’autre part, qu’un « effet enseignant » « résiduel », non expliqué par les pratiques étudiées, persiste en influant positivement la réussite scolaire.

L’exploitation descriptive de l’enquête « Education et Famille 2003 » de l’Insee, complète l’analyse et met en évidence trois spécificités du modèle éducatif de ces familles :

la construction d’un être complet par l’éclectisme et la maximisation des pratiques culturelles,

la construction d’un être équilibré par le travail de perspectives éducatives aux objectifs  a priori opposés et 

la gestion experte de la carrière scolaire de l’enfant par l’installation d’une grande continuité éducative, la constitution puis la valorisation d’informations scolaires non génériques et le contrôle de l’offre pédagogique de l’établissement fréquenté.

L’étude se conclut sur le remarquable travail de transmission éducative qu’opèrent les familles d’enseignant(s) ».

Publicités