Ce blog avait déjà évoqué la Commission pour la création d’un Commissariat général à l’égalité des territoires, commandée par Cécile Duflot. Il était important de signaler que la Commission a rendu son rapport.

123

Voici d’ailleurs, la conclusion du rapport. Un monument de vide.

CONCLUSION

Au cours de ses travaux, et, en particulier, au cours de ses auditions, la commission a constaté la force d’interpellation qui était celle  de l’égalité des territoires. Cette force d’interpellation porte à la fois sur les modalités  d’organisation et sur les modalités d’intervention de l’action publique ; elle est d’autant mieux exprimée qu’elle traduit le poids des disparités ou des écarts ressentis quotidiennement par beaucoup de nos concitoyens.

Ces disparités et ces écarts sont le plus souvent perçus comme autant d’injustices. A cet égard, l’Etat reste fortement attendu par tous sur sa capacité à ajuster ses moyens et ses interventions, de manière cohérente et en partenariat avec les autres acteurs, pour répondre de manière plus efficiente à la diversité  des situations comme aux dynamiques territoriales à l’œuvre. Ces ajustements, dont le Commissariat général à l’égalité des territoires doit être le moteur, peuvent emprunter différents chemins et être réalisés dans le cadre de diverses organisations administratives. La commission en a éclairé quelques uns dans les scénarios qu’elle propose.

Toutefois, quels que soient les scénarios retenus, la commission a acquis la conviction que la réduction des inégalités territoriales passe, aussi, par l’affirmation et la constance d’une volonté politique, seule à même de mobiliser, dans la durée, les moyens nécessaires et d’en assurer, surtout, la cohérence d’emploi.

Publicités