Ce blog l’a déjà relevé, la croissance keynésienne ne marche pas (Robert Barro l’a montré, même Jeffrey Sachs l’a dit; et les Français n’y croient pas). Dans un édito récent, Raghuram Rajan revient sur ce sujet et constate, une fois de plus, qui consiste à croire que la consommation fait défaut.

logo_relance-rouge-298x300

Dans son article, Raghuram Rajan rappelle que l’excès de liquidité avant la crise entretenait la demande à des niveaux élevés, au bénéfice des plus pauvres d’ailleurs.

Son argument est que la relance, qui prétend augmenter la consommation de tous les ménages, ne peut pas marcher : en réalité, ils ont des comportements de consommation différents, pour des produits différents, etc.

Au final, « la seule solution durable consiste à permettre à l’offre de s’adapter à des sources plus normales et plus durables de la demande, pour faciliter la réinsertion des employés du bâtiment et de l’automobile dans des industries à croissance plus rapide. La pire des choses que les gouvernements puissent faire est d’y faire obstacle en appuyant des sociétés non-viables ou en soutenant la demande des industries non-viables par des facilités de crédit ».

Bref, il faut des réformes structurelles… pas du socialisme. Certains économistes « de gauche » le disent, comme Alberto Alesina.

Publicités