Chacun sait combien il est difficile d’être fonctionnaire en France : les syndicats le répètent, les experts y réfléchissent… Mais si leur travail est si pénible, pourquoi démissionnent-ils si peu ?

-

Il n’existe pas, à ma connaissance, de statistiques indiquant le nombre de démissions de la fonction publique…

Un biais intéressant consiste à regarder les avis de la Commission de déontologie : elle se prononce sur i) les cumuls d’activités et ii) la compatibilité des fonctions que des agents publics iraient exercer dans le privé.

Selon le rapport 2011 de la Commission, « pour les trois fonctions publiques, la commission a été saisie de 3314 dossiers, dont plus des deux tiers correspondent à des demandes de cumul d’activités ». En clair, elle a rendu environ 1000 avis concernant des agents publics partant vers le privé (et ce n’est pas seulement des démissions). Ce n’est peut être pas la totalité des départs, mais c’est une indication.

1000 départs vers le privé en 2011, sur les 5,2 millions de personnes qui travaillent dans la fonction publique. C’est peu … (environ 0,02 %)

A titre de comparaison, en 2011, il y a eu en France environ 287 000 ruptures conventionnelles dans le secteur privé pour un peu plus de 26 millions d’emplois (soit environ 1,10 % ; soit 55 fois plus) !

Une réponse à la question est peut être à trouver dans la sécurité que procure la fonction publique. Une sécurité qui pourrait justifier bien des désagréments (sachant qu’en moyenne ils sont mieux payés que dans le privé…)

Capture d’écran 2013-01-17 à 10.31.02

Add : voir le figaro du 17 janvier

Publicités