Un article publié sur VoxEu revient sur des recherches économiques qui montrent que l’introduction de la concurrence dans le système de santé britannique (à travers le libre choix des patients) a eu des effets positifs.

NHS logo

Dans les années 2000, le gouvernement Travailliste (Blair) a introduit une révolution dans le système de santé britannique : le libre choix. Alors qu’auparavant les patients n’avaient pas d’alternative pour aller à l’hôpital, la réforme a apporté plus de souplesse : d’abord les médecins généralistes (« GP ») n’étaient plus affiliés à un hôpital en particulier; ensuite, lors d’une hospitalisation, les patients se sont vus offrir le choix entre plusieurs établissements.

Les auteurs montrent qu’à la suite de la réforme les patients se sont plus tournés vers les hôpitaux de bonne qualité. En effet, ils ont pris en compte les performances (mesurée en taux de survie des malades) des établissements… Ils relèvent notamment que même les patients les plus défavorisés ont su profiter de ce libre choix (les opposants à la réforme prétendaient que les plus riches seraient les seuls bénéficiaires).

L’article souligne aussi que cette réforme a amélioré globalement la performance du système de santé britannique (the reallocation of patients still leads to better health outcomes. This is due to the fact that patients now visit on average a higher quality hospital).

Enfin, les établissements de santé ont été incités à être de meilleure qualité

 

Publicités