L‘article du Financial Times parle de « mixed signals » (des signaux contrastés). En clair, la ligne politique du Gouvernement Ayrault n’est  absolument pas claire. A tel point que ce manque de lisibilité « exasperate critics« .

Capture d’écran 2013-01-09 à 08.32.52

Le point noir, c’est évidemment la politique fiscale de François Hollande, jugée très négativement à l’étranger. Le symbole, c’est Gérard Depardieu : la presse mondiale en a parlé, dénonçant l’oppression fiscale avant de regretter la destination russe; même des diplomates étrangers se sont moqués de la France, rappelle le FT.

L’autre difficulté, c’est la rhétorique anti mondialisation et au final anti business d’Arnaud Montebourg. Celui-ci a beau se défendre récemment devant la presse anglo-saxonne de ne pas être « à la gauche de la gauche », ses sorties sur Mittal ont refroidi plus d’un investisseur.

L’incompréhension, c’est que dans le même temps Jean-Marc Ayrault vante le « nouveau modèle français » et promet des réformes, se prétend « business-friendly ».

Au final, le Financial Times conclut que François Hollande devrait vite lever les ambiguïtés sur sa politique …

Publicités