Ce n’est a priori pas une révélation. L’excellente et récente étude de l’Institut Montaigne « Les juges et l’économie : une défiance française » permet cependant de mesurer l’ampleur de ce phénomène.

juges

L’Institut Montaigne s’est penché sur la question de la relation des juges et de l’économie (voir l’article  des Echos sur ce sujet). Ce n’est en effet un secret pour personne que les juges Français ont la réputation d’être de fervents opposants au marché et que leur jurisprudence révèle une aversion pour la concurrence, les acteurs économiques et contribue bien souvent à bloquer le fonctionnement du marché du travail. L’étude de l’Institut Montaigne le montre.

Ce que montre d’abord l’étude, c’est que les Français font beaucoup moins confiance à l’économie de marché que les autres peuples (cf. la fameuse étude sur les Values réalisée mondialement, qu’utilise l’étude).

Ensuite et surtout, les salariés de la fonction publique font eux-mêmes encore moins confiance au marché : « le personnel de la fonction publique est systématiquement plus opposé à la concurrence et soutient plus fréquemment le contrôle des pouvoirs publics sur les entreprises que l’ensemble des Français, même lorsque l’on compare des personnes de même sexe, âge, niveau de diplôme et revenu. Cette spécificité des employés du secteur public n’est pas propre à la France. Mais elle n’est pas non plus universelle« .

Quand on sait le poids de l’Etat en France et tout ce que les contraintes à la concurrence imposées par lui peuvent créer en termes de défiance et générer comme dysfonctionnements dans la société française … on entrevoit les ravages que cela peut créer. En réalité, le phénomène s’auto-entretient. C’est parce que les Français sont persuadés que la réussite est biaisée (par les connections, les passe-droit, le réseau…) c’est à dire qu’elle ne bénéficie qu’à une caste de privilégiés (des rentiers, du privé et beaucoup du public), qu’ils exigent une répartition importante et se défient du marché (voir les travaux d’Alesina).

Le pire, c’est que les juges sont encore plus réticents à l’économie de marché : « les magistrats du siège ont majoritairement une idéologie très marquée en défaveur du marché, bien plus que leurs collègues du secteur public et bien plus encore que leurs compatriotes, dont les comparaisons internationales montrent qu’ils se défient eux-mêmes beaucoup du marché par rapport aux habitants de la quasi-totalité des autres pays ».

Publicités