Voici le texte d’un papier que publié sur Atlantico : La gauche n’aime-t-elle les immigrés que lorsqu’ils sont pauvres ? Ce que l’affaire Depardieu révèle de l’hypocrisie française.

A lire sur Atlantico

Gerard-Depardieu1

La gauche n’aime-t-elle les immigrés que lorsqu’ils sont pauvres ? Ce que l’affaire Depardieu révèle de l’hypocrisie française

La gauche est d’une hypocrisie rare quand d’un côté elle défend le droit des immigrés à venir en France, prétendant les accueillir avec générosité, et que de l’autre côté elle dénie le même droit à Gérard Depardieu.

Le départ de Gérard Depardieu en Belgique déchaîne les passions de tous les côtés de l’échiquier politique. Crédit Reuters

Le départ de Gérard Depardieu en Belgique déchaîne les passions de tous les côtés de l’échiquier politique. Traître à la France pour les uns, martyr fiscal pour les autres, l’acteur est devenu le point de focalisation des débats sur l’impôt, révélant aussi l’hypocrisie politique sur l’immigration et l’Europe.

Gérard Depardieu en avait visiblement marre de payer des impôts. Trop d’impôts. On peut le comprendre. Les bonnes âmes qui trouvent si noble de sacrifier leurs revenus pour nourrir un État impotent et inefficace feraient mieux de commencer par donner leur propre argent, en militant notamment pour l’impôt volontaire.

Au-delà de cette question fiscale, l’affaire Depardieu révèle d’abord une hypocrisie politique sur l’Europe.

La construction européenne suppose, sous tend et défend la libre circulation des personnes. Il est normal que Gérard Depardieu en bénéficie, comme le font les jeunes Français qui vont travailler à Londres ou les Roumains qui viennent en France. La libre circulation implique aussi que l’on puisse aller profiter d’un régime fiscal plus favorable. On ne peut pas vouloir l’Europe et dénoncer les Français riches ou pauvres qui vont vivre à l’étranger.

Les Français qui piaillent en exigeant une harmonisation fiscale européenne sont soit des menteurs soit des naïfs ; car dans l’hypothèse d’un tel processus, on ne voit pas bien ce qui conduirait les autres pays européens à se rapprocher du système français ; c’est plutôt l’inverse qui se produirait. Nos partenaires ne veulent pas de notre fiscalité, alors que la leur est généralement plus basse. Ils ne veulent pas non plus de notre « modèle social » qui ne semble décidément pas faire preuve de son efficacité ni de sa soutenabilité financière.

L’affaire Depardieu, c’est ensuite une hypocrisie sur l’immigration.

La gauche est d’une hypocrisie rare quand elle défend le droit des immigrés à venir en France, prétendant les accueillir avec générosité, et en déniant le même droit à Monsieur Depardieu. Après tout, les uns comme les autres cherchent un avenir financier meilleur. On ne peut pas vanter les bienfaits de l’immigration et se scandaliser de ce que les Français émigrent ! Après Libération contre Bernard Arnault, il semble que la gauche n’aime que les immigrés pauvres. L’argent corrompt, n’est-ce pas ?

Quant à la droite, il est un peu ironique qu’elle ne se rende compte que maintenant l’immigration est aussi un phénomène économique et que les individus répondent eux aussi à des incitations économiques dans leurs mouvements.

Tout ce que révèle cette affaire, c’est que la classe politique française (et particulièrement) la gauche est décidément hors de la réalité économique et incapable de comprendre le monde tel qu’il est.

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/gauche-aime-t-elle-immigres-que-lorsqu-sont-pauvres-que-affaire-depardieu-revele-hypocrisie-francaise-erwan-noan-581482.html#DJMYq1ceKHA6VO5l.99

 

Publicités