En France, il reste encore quelques grands monopoles publics. L’un d’eux, le plus prégnant peut être, c’est l’Education. Et l’Université comme le ministre de l’enseignement supérieur s’évertue à le montrer.

images

La force de ce monopole est de se parer d’arguments moraux, dont celui de la promotion de l’égalité, alors même que l’Ecole publique est un des facteurs majeurs de reproduction des inégalités et d’échec dans ce pays. Signe de cet échec, les usagers fuient dès qu’ils le peuvent et comme ils le peuvent.

Ouvrir une école est une mission quasi-impossible pour le secteur privé. Et il semble qu’ouvrir une université soit aussi bien compliqué, comme le montre cette université portugaise qui a ouvert dans le sud de la France et qui se voit désormais attaquée de toute part, à commencer par le Gouvernement qui menace même de recours en justice.

Si l’université n’a pas respecté le droit, qu’elle soit sanctionnée évidemment. mais peut être faut il réviser le droit ?

Quel est donc le problème à ce qu’un établissement nouveau ouvre et délivre des diplômes ? Un seul : cela remet en cause le monopole de l’Etat. La reconnaissance des diplomes dans l’Union européenne permet que cet établissement offre un diplome portugais, qui sera ensuite reconnu en France. La construction européenne, le rapprochement des peuples, c’est aussi cela !

 

Publicités