Pour une fois, il faut lire George Soros dans le Financial Times du 26 septembre dernier : il y explique pourquoi l’Etat de droit (rule of law) pourra permettre de venir à bout de la pauvreté mondiale.

Dans sa tribune, Soros commence par rappeler que la pauvreté a baissé partout dans le monde pour la première fois cette année ! Pour prolonger cette dynamique, il en appelle à l’extension de la règle de droit (rule of law).

En effet, selon lui « les pauvres vivent dans l’incertitude« , et dans la crainte des privations, puisqu’ils ne sont pas protégés par le droit. Par ailleurs, il souligne que des millions de personnes vivent sans identité formelle, alors que cette identité est nécessaire pour obtenir des droits et pour que la justice puisse agir. Il souhaite donc que l’application du droit devienne un objectif pour l’ONU.