Les enseignants de la ville de Chicago – les mieux payés des Etats-Unis, 76 000 dollars par an – sont en grève : ils veulent une augmentation de 30% de leurs revenus en 2 ans, ce que le maire Rahm Emanuel (très proche de Barack Obama) refuse. Un article de Bloomberg estime que cela pourrait surtout profiter aux charters schools, des modèles d’écoles totalement autonomes et performantes. Car les 52 000 élèves scolarisés dans les 100 charters de Chicago 1eux ne connaissent pas la grève !

Ces écoles innovantes et libres (qui existent aussi à New York par exemple) ont souvent été évoquées sur ce blog, et notamment parce qu’elles sont des modèles pour la révolution scolaire dont la France a besoin (voir ici et ). Elles  sont « financées de manière publique mais généralement sans syndicats et autonomes en matière de programme et de finances » rappelle Bloomberg. Leur succès s’explique en partie parce qu’elles récompensent les meilleurs enseignants par des « bonus » et leur laisse une plus grande liberté dans la gestion de leurs classes.

Les charters ont en outre de bons résultats. L’article de Bloomberg cite une étude de la Rand Corporation qui relève que les élèves de Chicago scolarisés en Charters sont plus susceptibles d’obtenir un diplôme du supérieur ; et une autre d’Illinois Policy Institute qui avait montré que 9 des meilleures écoles étaient des Charters. Ce blog citait récemment une étude économique du NBER qui allait dans le même sens : es élèves qui participent à des charters schools sont plus motivés pour apprendre et obtiennent de meilleurs résultats.

Selon l’article de Bloomberg, la grève des enseignants des écoles publiques « traditionnelles » de Chicago rappellent par effet de contraste que leur système n’est pas le plus performant…