Une étude, réalisée par un professeur à Harvard et publié par le Brookings, vient de montrer que les dispositifs de chèque éducation (vouchers) à l’école avait un effet large et significativement positif sur la poursuite d’études supérieures (10 ans après donc) pour les élèves afro-américains.

Les chèques éducation (vouchers) ont été évoqués plusieurs fois sur ce blog (notamment ici, et ) en particulier dans le cadre des propositions que j’avais faites avec l’Institut Thomas More (voir ici et ). Leur principe est simple : les parents se voient attribuer un « bon » qui finance les études de leur enfant.

Les chèques éducation introduisent le choix et l’émulation dans le système scolaire.

Avec ce bon, les parents se présentent  dans l’établissement de leur choix (qu’il soit privé ou public). Cela permet donc d’offrir un très grand choix aux parents (et non de réserver la possibilité de choisir à ceux qui en ont les moyens financiers ou informationnels, comme les profs).

Les établissements sont financés en fonction des bons qu’ils reçoivent (au nombre d’élèves, en somme), ce qui n’empêche pas l’Etat de compléter par exemple pour les plus en difficultés s’il le souhaite. Ils ont donc intérêt à attirer les élèves … et donc à proposer soit des infrastructures de qualité, soit des pédagogies efficaces (innovantes ou traditionnelles) : bref, ils doivent chercher à être les plus performants pour leurs élèves.

Une nationalisation de l’éducation plutôt qu’une privatisation ;-)

Contrairement à ce que l’on prétend souvent, l’introduction de chèque éducation ne conduit pas à une « privatisation » du système scolaire, mais plutôt à une forme de nationalisation : désormais, tous les établissements (qui, par exemple, signent une convention avec l’Etat) reçoivent un financement public, et donc sont soumis à une évaluation de l’Etat. Ce qui importe, ce n’est pas la structure technique ni la qualification juridique des murs qui entourent les élèves, c’est leur réussite et leur succès !

Un dispositif développé et efficace

Les vouchers existent dans de nombreux pays (USA, Hong Kong, Pays Bas, Suède, etc.) et se développent. L’étude montre qu’en plus, ils sont efficaces !