Une nouvelle étude de la Tax Foundation vient de montrer qu’environ 41% des contribuables Américains ne paient aucun impôt sur le revenu, soit environ 58 millions de contribuables.

Leur nombre est en forte augmentation, puisqu’en 1990, seuls 21% des contribuables ne payaient pas d’impôt. Jusqu’aux années 2000, ce taux oscillait entre 15 à 25% (et ce depuis que l’impôt sur le revenu existe aux Etats-Unis).

L’évolution s’explique principalement par la multiplication des « tax credits » (crédits d’impôts), qui atteignent 224 milliards de dollars en 2010 et notamment les crédits pour l’éducation (child tax credit de Clinton) et le travail (making work pay credit). Josh Barro insiste ainsi sur le fait qu’il ne s’agit pas de contribuables cherchant particulièrement à éviter l’impôt, mais qui bénéficient seulement d’évolutions législatives.

Les principaux bénéficiaires de ces évolutions sur les classes moyennes (ou en tout cas les revenus moyens) : en 2001, seuls 7,1% des contribuables gagnant entre 30 et 40 000 dollars annuels ne payaient aucun impôt sur le revenu ; ils étaient 33,4% en 2009.