Le Pew Research Center vient de publier (10 juillet) une étude complète sur l’opinion publique de plusieurs pays majoritairement musulmans. Les conclusions confirment ce que des sondages relevaient déjà par ailleurs : dans leur majorité, ces peuples soutiennent la démocratie, la liberté et veulent  dans le même temps accorder à l’islam une place fondamentale comme source de la vie politique.

Les résultats

L’étude montre ainsi que dans les pays interrogés (Turquie, Jordanie, Egypte, Liban, Tunisie et Pakistan) le soutien à la démocratie est large (sauf au Pakistan, seulement 42%) et en hausse depuis l’année dernière (sauf en Jordanie, – 11 points). Pour autant, la démocratisation n’est pas toujours la priorité, les préoccupations économiques arrivant en tête.

Dans les six pays, une majorité des personnes interrogées (et plus de 80% en Turquie ou au Liban, mais 58% en Egypte) estiment que les hommes et les femmes devraient avoir les mêmes droits (mais seulement 44% des hommes Jordaniens et 53% des hommes Egyptiens le pensent, contre 65% des hommes Pakistanais et 88% des hommes Libanais)… ce qui ne veut pas dire qu’ils soient pour une parité dans la vie économique et sociale.

Dans le même temps, les personnes interrogées souhaitent que l’islam ait un rôle important dans la vie politique. Ainsi, 82% des pakistanais pensent que la loi devrait suivre strictement le Coran, pour 72% des Jordaniens, 60% des Egyptiens … mais 23% des Tunisiens (qui pensent à 64% que les lois devraient inspirer la loi) et 17% des Turcs. Au Liban, la majorité des personnes interrogées (42%) pensent que les lois ne devraient pas être inspirées du Coran.

Autre point que relève le Pew, un soutien limité aux groupes extrémistes. Il faudra tout de même regretter que les Egyptiens soient 19% et les Tunisiens 16% à avoir une image positive d’Al Qaeda …

Par ailleurs, l’étude souligne l’image positive dont jouissent la Turquie et Erdogan, comme c’est aussi globalement le cas de l’Arabie Saoudite, mais pas de l’Iran.

Une surprise ?

En réalité, ces résultats ne sont pas une surprise. Le spécialiste de l’islam qu’est John Esposito (voir son livre The future of islam résumé ailleurs sur ce blog) l’avait montré dans son très intéressant livre Who speaks for islam, basé  sur des sondages internationaux très complets de Gallup. En résumé, les musulmans veulent la démocratie, dans des régimes où ils veulent que l’islam joue un rôle inspirateur (au moins, ils ne se posent pas de question sur leur « identité nationale » ;-) ). Des tensions subsistent néanmoins. Reste à déterminer où l’on souhaite placer le curseur pour savoir si la conclusion doit être optimiste ou positive. Esposito, lui, est résolument optimiste.