La BCE vient de publier une étude économique (Debt and growth, new evidence for the euro area) qui s’intéresse, comme son titre l’indique, aux liens entre croissance et dette publique.

Les résultats sont :

– que la dette publique a un effet favorable sur la croissance, mais que cet effet décroit quand la dette augmente, pour devenir nul aux alentours de 67% de dette publique ;

– qu’au delà de 95% la dette a des effets clairement négatifs sur la croissance;

– qu’au delà d’un taux d’endettement de 70%, les pressions sur les taux d’intérêts sont plus fortes.

Ces travaux rappellent évidemment ceux de Rogoff et Reinhart.

Pour rappel, la dette publique de la France était d’environ 86% en avril dernier selon eurostat.