Le Figaro de samedi 16 juin rapportait un entretien de Monsieur Montebourg, ministre du redressement productif, avec le magazine Challenges.

Extraits :

Que reprochez-vous à l’Arcep ?

L’Arcep fait des choix politiques en lieu et place du politique. La droite libérale a totalement abandonné ses prérogatives. L’Arcep s’intéresse exclusivement à la concurrence sans limite. Or, que je sache, le secteur des télécommunications n’est pas mondialisé. Il utilise en outre le domaine public hertzien ! Comment donc avons-nous trouvé le génie de mener la concurrence du marché à un tel point qu’il s’autodétruit ?

L’Arcep et la libre concurrence dans les télécoms sont en sursis ?

Pour le gouvernement, la concurrence doit trouver sa limite dans la préservation de l’emploi. Pour ce qui est l’Arcep, il est encore trop tôt pour se prononcer, mais le gouvernement prendra ses responsabilités.