L’institut de recherche de McKinsey (le McKinsey Global Institute) vient de publier une étude très intéressante sur les mythes du commerce mondial dans les pays développés (Trading myths: Addressing misconceptions about trade, jobs, and competitiveness). Partant du constat que les hommes politiques des « économies dévelopées » (matures economies) se lamentent de la désindustrialisation et cherchent à y pallier, le MGI présente quelques contre-vérités :

1) Les économies développées ne perdent pas de terrain sur les pays émergents.  Au contraire, leurs échanges se caractérisent globalement par un certain équilibre (mais cela n’est pas vrai pour tous les pays).

2) Ce ne sont pas les produits industriels qui creusent les déficits, mais les matières premières

3) Les délocalisations et la concurrence internationale ne sont pas les principales sources de pertes d’emplois industriels, ce sont les évolutions technologiques. Aux Etats-Unis, seulement 20 % de la perte d’emplois industriels sont liés aux délocalisations.  On l’avait déjà relevé pour la France.

4) Les économies développées continuent de créer des emplois très qualifiés, à haute valeur ajoutée.

5) L’exportation de services par les pays développés représente déjà un quart de leurs exportations (et un tiers en 2030), ce qui n’est vraiment pas négligeable.

6) L’Union européenne est un plus gros exportateurs de services que les Etats-Unis.